Les régulateurs de la circulation sanguine

Pieds chauds ou pieds froids, fourbure, « jambes lourdes », oedèmes et engorgements, signes bénins ou symptômes alarmants de l’insuffisance rénale ou cardiaque, les troubles circulatoires sont très répandus et peuvent revêtir de multiples aspects, du plus simple au gravissime, isolés ou participant au tableau clinique de syndromes plus complexes. Harmoniser la circulation du sang, c’est permettre un apport optimum d’oxygène et de nutriments aux cellules, ainsi que l’élimination des déchets métaboliques et des calories produites au cours de l’effort.

Généralement accentués par la chaleur, les troubles de la circulation peuvent concerner la circulation artérielle (du coeur, vers la périphérie, les organes et les muscles). Dans ce cas il faut aborder le problème avec prudence, car les troubles artériels sont rarement bénins. La prévention est ici essentielle, notamment par la diététique et la mise en mouvement du corps. Mais un diagnostique précis est nécessaire avant d’envisager un protocole de traitement dans le domaine de la micronutrition ou de la phytothérapie.

D’autres troubles vont concerner la circulation lymphatique et la circulation veineuse (de la périphérie vers le coeur, ou « circulation de retour »). L’excès de toxine, difficilement gérée par les organes émonctoire, en est souvent l’origine. Très répandus, ils sont plus faciles à améliorer ou à éliminer avec quelques remaniements diététiques et suppléments nutritionnels.
Le mouvement du corps est là aussi vivement recommandé, surtout chez le cheval dont la circulation de retour est étroitement liée à la marche. Dépourvu de valvules veineuses qui stabilisent le sang de retour dans la hauteur des jambes entre deux contractions cardiaques, le cheval a développé un système de pompage par le coussinet plantaire qui fait fonction de « coeur accessoire ». L’impossibilité de marcher lui est donc particulièrement préjudiciable car sans ce système podal d’aide à la circulation, le coeur, qui reste le seul moyen de faire remonter le sang, se fatigue.

Enfin, il existe des cas plus complexe telle que la fourbure chez le cheval, car elle implique à la fois la circulation artériel et veineuse. C’est une maladie grave car très invalidante, difficile à guérir complètement et donc sujet à récidive. Son origine est varié : alimentation trop riche, gastro-entérite ou suite de colique, ou encore stress lié à l’effort. Cependant elle est étroitement liée à un déséquilibre de la sphère digestive. Ainsi la diète accompagnée d’un drainage, une aide à la circulation et à la régénération des tissus ainsi qu’une intervention rapide sont vivement conseillés. Une bonne minéralisation et le soutient des flores digestives permettent d’agir en prévention et de minimiser les risques de récidive.Watch Full Movie Online Streaming Online and Download

Produits conseillés :

PhytOhm « circulation »

Si le mouvement liquidien ralentit ou s’intérrompt, les échanges deviennet plus difficiles ou impossibles, les cellules dégénèrent, le viellissement s’accélère et la mort investit les structures concernées. Le but recherché est donc d’optimiser la circulation veineuse dans toutes les parties du corps. Ce qui a aussi pour effet de soulager le coeur qui fatigue vite quand le sang circule mal.

Tous les oedèmes sont ici concernés, qu’ils soient chauds ou froids, allergiques ou infectieux, post-traumatiques, post-partum ou post-chirurgicaux (castration), suite à une envenimation ou en relation avec une déficience organique.
Tonifier le système vasculaire permet donc de résorber plus rapidement les engorgements divers, les hématomes, mais aussi d’obtenir une meilleurs cicatrisation des tissus traumatisés ou de ralentir considérablement le vieillissement dans les maladies chroniques liée à la circulation. En effet, une stase sanguine accompagne et aggrave toujours les processus dégénératifs organiques et tissulaire du fait de la dénutrition locale et de l’accumulation de déchets métaboliques.

PhytOhm circulation participe donc à la guérison de certains syndromes inflammatoire aigus, mais aussi à l’amélioration de maladies chroniques telles que l’arthrose, en favorisant l’oxygénation, la nutrition et le nettoyage des cellules. Ce complexe de plante est bien sûr le premier produit à administrer en cas de fourbure !

Synergie : ArOhm 6 pour la fourbure, OrganOhm 5

OrganOhm5

Complémentaire du PhytOhm circulation, ce produit est conçu pour une utilisation prolongée lorsque les structures vasculaires (artères, veines, vaisseaux lymphatiques, capillaires) sont déficients suite à une maladie (fourbure), une intoxication ou du fait de l’âge. C’est donc un remède de soutien et d’accompagnement au long cours qui permet de prévenir les risques de récidives et les problèmes chroniques.

Synergie : PhytOhm circulation, PhytOhm Diurèse

PhytOhm « diurèse »

Ce produit permet de maintenir (prévention) ou de rétablir en douceur la fonction urinaire très sollicitée, perturbée ou susceptible de l’être. Complexe d’EFG de lespedeza, artichaut, orthosiphon, piloselle, brutère, mélisse et angélique ayant une action urinaire qui favorise la miction et la circulation des fluides organiques.
Favoriser la diurèse a de multiples effets bénéfiques, tant chez les sujets très sollicités sur le plan métabolique que ceux présentant un trouble de la circulation.

Liens infos : consulter également l’article « Au coeur de l’été… »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *