Évolution ou involution ?

Ohm évolue ! Et vous ?

Nous vous présentons ici tous les aspects de notre fonctionnement destinés à optimiser le lien, la communication, le conseil, l’ouverture des consciences, avec une meilleure efficacité, et un meilleur confort pour chacun.

Le site : les mises à jour sont régulières. Les articles sont revus et complétés au fil des saisons. N’hésitez pas à vous y plonger ! Vous pouvez désormais effectuer vos commandes en ligne (il est néanmoins toujours possible d’imprimer un Bon de commande), avec plusieurs modalités de règlement. N’hésitez pas à contacter David.

Le secrétariat : n’hésitez pas à contacter David !
pour tout ce qui concerne vos commandes : saisie, règlement, expéditions, retard de réception, colis égarés …
soit par téléphone au 07 72 16 94 53

soit par mail à l’adresse contact@ohm-bioalternatives.com
soit par courrier : Ohm Bio-Alternatives, chez David Schmutz, 18 rue du Foulon, 09100 Pamiers
Les horaires de David : le mardi de 8h à 12h et de 14h à 18h, le mercredi et le jeudi de 8h à 12h.

Le conseil expert : je continue à assurer le conseil vétérinaire au 05 34 14 08 34, du mardi au vendredi, entre 9 et 13h ; et par mail à l’adresse de Ohm : ohmbio@wanadoo.fr
Ayez l’obligeance d’utiliser le site ou d’appeler David pour vos commandes !
Si vous souhaitez approfondir vos connaissances, mieux comprendre l’origine et l’évolution des pathologies du cheval, n’hésitez pas à participer régulièrement à nos rencontres autour des Besoins fondamentaux.

L’enseignement : soit deux espèces en coévolution, Homo sapiens et Equus caballus, et une époque géologique, celle où nous cheminons ensemble, l’Anthropocène.
Le contexte : catastrophique ! réchauffement climatique, pollutions, artificialisation,  épuisement des sols, effondrement de la biodiversité… Coévolution ? Ou plutôt coinvolution ?
La catastrophe n’est pas (forcément) un événement brutal, inattendu, c’est un processus continu, prévisible, dans un contexte qui est celui de notre vie quotidienne aujourd’hui.
L’enseignement, au cours de cessions de deux jours, ce sont des réflexions partagées à propos des besoins fondamentaux des espèces en coévolution, animales et végétales, sauvages et domestiques, l’incapacité de plus en plus marquée de nos environnements à satisfaire ces besoins, et les conséquences de cette insatisfaction : mal-être, (immuno)dépression, maladies métaboliques et dégénératives, extinction massive d’espèces, etc. Et aussi des amorces de solution, issues d’une médecine résolument alternative, de la permaculture, de la théorie de l’effondrement (collapsologie) …

Les stages sont pour l’instant programmés à l’initiative d’un particulier ou d’une structure professionnelle, en France, en Belgique, en Suisse, etc.
Ils sont une opportunité de se rencontrer et d’approfondir ensemble certains thèmes au plus proche de l’actualité.
Il n’existe pour l’instant qu’un seul module. Intitulé « Les Besoins Fondamentaux du Cheval », cet événement est toujours un moment unique de convivialité et de partage des idées, ressentis, intuitions, enthousiasmes, appréhensions …
Loin d’un « cours magistral », le contenu de ce module unique est toujours nouveau, reflet des problématiques du moment. L’évolution du mal-être animal et humain, écosystémique et planétaire, est actuellement très rapide, protéiforme, liée à une multitude de causes interconnectées.
Cette évolution (ou involution) prend bien souvent des aspects inédits, surprenants, déroutants …
Qui peut prédire les effets biologiques du réchauffement climatique, du  déploiement de la 5G ?
Le cheval et ses « maladies » sont pour nous un langage, une grille de lecture, une façon de percevoir et d’interpréter ce grand mal-être exponentiel, et d’y apporter si possible des réponses individuelles ET collectives (globales, systémiques, car toutes les formes de vie sont interconnectées).
Aujourd’hui, 96% de la biomasse planétaire des mammifères sont des humains et des animaux … domestiques. Autrement dit, la vie sauvage s’éteint sous nos yeux.
Le cheval en coévolution avec l’humain, le cheval en équilibre, respecté dans ses besoins propres, est encore un témoin précieux de ce monde sauvage originel dont témoignent l’éthologie, la morphologie, la physiologie d’une espèce. Dès lors son mal-être, ses maladies, expriment avec vigueur de violents déséquilibres, liés à l’emprise de l’humain sur le monde (Anthropocène), et les conséquences dramatiques qui en découlent (sixième extinction massive).
Reconnecter nos besoins réellement fondamentaux, retrouver la symbiose et la sagesse innée du vivant, c’est faciliter ce ré-ensauvagement du monde qui est sans doute notre unique espoir de survivre.

Au plaisir de rencontres connectées, bien enracinées, joliment fleuries, et très fructueuses !

Eric Ancelet