Dès que le mal est ancien, profond, jugé incurable, on peut encore envisager un soutien, un conseil et une prescription individualisés, un accompagnement « sur mesure »